MAIS

 

  • Comment l’utilisation du vélo peut-elle être une stratégie réaliste ?

 

Jusqu’à quel âge (même pour les plus sportifs) peut-on utiliser ce mode

de transport ?

Quelle mère (ou père) de famille avec enfants peut-elle l’envisager ?

Qui va y avoir recours pour faire les courses (même avec une petite remorque

aux fesses !) ?

Qui va affronter la pluie et le vent (certes limités dans notre belle ville) ?

Qui est capable de remonter l’avenue des Hauts de Fontcaude et le Martinet en dehors des participants au tour France ?

 

Certes, un aménagement de type « cohabitation douce » faciliterait cette orientation. L’exemple de Strasbourg, où les trottoirs sont très larges fait état d’un nombre d’accidents non négligeables et d’altercations fréquentes (j’en ai été témoin).

 

  • Comment organiser un covoiturage efficace ?

 

Les destinations vers Montpellier sont innombrables et le lien avec les lignes de tramway impose un temps de trajet incomparable avec le métro parisien.

Les horaires sont souvent incompatibles et les blocages, tant à la sortie de Juvignac qu’à Montpellier, sont aussi nombreux qu’imprévisibles (la mairie devrait prévoir « des mots d’excuse » pour les salariés !). Les conducteurs n’ont pas toujours envie de supporter les bavardages et élucubrations de passagers utilisant le véhicule comme déversoir de leurs frustrations (je l’ai expérimenté !)

 

La vision « futuriste » du maire semble, pour le moment, utopique et ne peut constituer un argument permettant de reporter aux calendes grecques les aménagements liés à notre bonne vieille voiture !!!

Les visions du maire

  • Bien sûr, nos modes de transport évoluent, ainsi que nos pratiques

  • Bien sûr, les solutions écologiques séduisent tout le monde

  • Bien sûr, la solidarité doit être valorisée dans notre monde égoïste