Actualités de janvier

Vie de l'association Agir pour Juvignac :

L'assemblée générale de l'association s'est tenue le 12 janvier. La participation de nombreux adhérents est la preuve de l'intérêt porté par les juvignacois à l'avenir de leur commune. Une fois les formalités classiques passées, une discussion intéressante s'est instaurée sur plusieurs thèmes , dont l'urbanisme, les écoles, ou encore le PPRI.

 

Mise à disposition des salles municipales:

L'organisation des primaires a permis de confirmer que le coût de mise à disposition d'une salle municipale est prohibitif à Juvignac. Les habitants, à ce tarif là (1500 € par jour) ont intérêt à chercher des solutions ailleurs. C'est ainsi que la primaire socialiste a été hébergée dans un bâtiment privé. Ce qui est un comble ! Faut-il rappeler à nos élus que les salles municipales ont été construites avec les impôts de tous les habitants et qu'elles ont pour fonction de faciliter la vie culturelle et citoyenne locale, sans sectarisme, et à des prix avantageux, si ce n'est gratuitement dans certains cas .

Vœux de la municipalité:

Ils ont eu lieu le 20 janvier. La presse régionale s'en étant fait l'écho, disons simplement ici que la cérémonie aurait pu s'intituler « au théâtre ce soir ». La lumière s' éteint ; le rideau s'ouvre ; et les séquences d'autosatisfaction se succèdent : les finances sont redressées, les travaux de l'avenue de Fontcaude sont programmés, la troisième école va ouvrir. Bref on nous endort comme d'habitude, car enfin, comme nous l'avons déjà dit à maintes reprises :

  • Pourquoi avoir noirci la situation financière (« un siècle pour éponger la dette » s'il était si facile de revenir à l'équilibre. Il n'y avait que de deux années de lissage à effectuer dans le budget de la commune, en attendant l'arrivée des nouveaux habitants qui allaient « contribuer fiscalement ». Nul n'était besoin de matraquer les anciens avec une augmentation des impôts de 23%. Nous réclamons le retour au taux d'imposition de 2014.

  • Que va t-on faire des classes en trop maintenant qu'on en rajoute 16 sur le site Mandela ?. Il y a en effet en 2016 : 23 classes aux Garrigues, 10 à Fontcaude, et 4 logées dans des préfabriqués appelés provisoirement Mandela, soit 37 classes en tout. On en construit 16 aux Garrigues . Il en restera donc 21 à répartir sur les deux autres sites. Va t-on fermer Fontcaude ? Dans ce cas était-il besoin de construire cette troisième école en urgence absolue, et en faisant du matraquage fiscal ?

  • Enfin à propos de l'avenue de Fontcaude, qui, par sa succession de bosses, de nids de poule et de rustines, n' a rien à envier aux rues d'Alep, on nous dit que les travaux vont durer encore 3 ans, c'est à dire qu'ils seront finis, comme par hasard, quelques mois avant les prochaines élections. Le mandat électoral aura ainsi imposé 6 ans de galère à la population qui fréquente cet axe. Et on pourra ainsi se glorifier d'avoir appliquer son programme !

 

Risques d'inondations:

Toutes les communes ont élaboré un PPRI (plan de prévention du risque inondation). C'est le cas de Juvignac. Les zones censées être inondables y sont répertoriées. A Juvignac les habitants de ces zones en ont connaissance. Est-ce vraiment utile de le leur rappeler tous les jours en y installant des panneaux, qui ne se justifieraient que si les rues étaient des axes routiers importants, alors quelles ne sont fréquentées que par les riverains. Sur le plan psychologique, bravo !