Actualités de mai 2017

Le conditionnement de l'opinion est en marche

 

           Dans le numéro du 27 avril de la Gazette de Montpellier, une page entière est consacrée à la gloire du maire de notre cité, élu en 2014. Venu à la rescousse de Juvignac. tel César, en effet, « il est venu, il a vu, il a vaincu ». Maintenant la ville de Juvignac est sortie  « du réseau d'alerte financière », autrement dit de l'ornière.

           Qu'en termes galants ces choses- là sont mises ! (pour reprendre un vers célèbre de Molière). Fin, cultivé, persévérant, réfléchi, pédagogue, apolitique, on dirait la version locale d'un autre personnage déclaré brillantissime par la  presse nationale qui nous le vend à longueur de journée.

C'est peut-être là son côté soleil, mais comme ce n'est pas ce que nous disent les concitoyens qui ont eu affaire à lui, c'est qu'il y a aussi un côté ombre.

           Attention à l'effet boomerang !  Un autre personnage bien connu, ambigu, vert-rouge, que l'on reconnaîtra facilement, présent dans presque toutes les sauces politiques, n'a- t-il pas déclaré, évoquant la foule versatile : «  on lèche, puis on lâche, puis on lynche ».

Redressement spectaculaire

 

          Vraiment ? APJ dit et redit qu'il suffisait d'attendre 2 ou 3 ans pour que l'effort financier très lourd que représentait l'investissement municipal dans la réalisation des Constellations soit résorbé. C'est tout simplement ce qui se passe actuellement. Les 2000 à 3000 habitants de ce quartier apportent maintenant leur contribution fiscale et leurs investissements sur place.

          Le reste  relève de la mise en scène. Les 23% d'augmentation des impôts en 2015 n'avaient comme principale raison d'être que la construction rapide d'une école, en remerciement à ceux qui s'étaient sabordés pour permettre l'accession à la mairie d'une liste soi-disant apolitique, et qui était arrivée loin derrière la première. L'école après bien des retards va prochainement être inaugurée,  mais on va se trouver avec plusieurs  classes vides. Ce qui prouvera qu'il n'y avait pas urgence à procéder ainsi, et qu'on aurait pu attendre 3 ans avec des solutions provisoires qui auraient évité le matraquage fiscal de 23%. Car enfin, cette augmentation se perpétue indéfiniment ! A quand la baisse de 23% pour revenir au taux déjà lourd de 2014 ?

Apolitique ? Vraiment ?

          Dans le même article de la Gazette, on apprend que la mort de Malik Oussekine en 1986 a servi de déclencheur de la vocation politique du nouveau maire. On peut en douter, et l'argument semble déplacé. Avec tout le respect qu'on doit aux morts, il est difficile d'avaler qu'une bavure policière du temps d'un ministre de droite est une tache indélébile, alors qu'une bavure policière du temps d'un ministre de gauche ne reste pas dans les mémoires. Et pourtant Rémy Fraisse est mort en 2014 d'une bavure policière lors d'une manifestation. Au fait qui était le ministre de l'intérieur ?

Triangle d'or !

          Bigre ! Il paraît que Juvignac a un triangle d'or (Midi Libre du 3 mai) Pourquoi pas de platine? Les habitants des autres quartiers apprécieront : ils sont relégués dans les marches de la commune. Habitués aux nids de poule, ils sont bons à payer l'impôt en attendant que les orfèvres aient fini de tirer des plans financiers sur l'or de la commune.

          Dans le même article on apprend aussi qu'une pause immobilière est à l'ordre du jour. Là encore, heureusement qu'APJ rappelle régulièrement à la municipalité la nécessité d'une pause, alors que les revues municipales évoquaient il n'y a pas si longtemps la construction de 1000 logements supplémentaires. Dont acte.

Urbanisme

         Si le fait de réfléchir à un plan d'ensemble est une bonne chose, plutôt que d'improviser les raccordements de plans partiels successifs, on peut tout de même s'étonner que la densification soit la solution retenue : dans l'intérêt de qui ? Il semble tellement évident que les gens aiment avoir les pieds sur terre, et  disposer d'un peu d'espace personnel. Ne proposer comme habitat que des immeubles risque d'aboutir à bien des déceptions et des désagréments. Il sera impossible de revenir en arrière.

          Par ailleurs, nos élus manqueraient-ils d'idées puisqu'ils ne peuvent jamais rien décider sans avoir commandé des études en tout genre, grassement payées à des sociétés « spécialisées » dans ce genre d'activité. A moins que la raison de ces études ne soit le moyen de noyer le poisson, de nous faire saliver, rêver à des jours meilleurs, ou encore patienter dans la réalisation des travaux indispensables (comme ceux de la voirie). De toute façon, le millefeuille territorial finira bien par faire que plus personne n'y comprendra rien, et qu'in fine les décisions seront prises sans l'avis de la population.

 

Un mot d'ordre s'impose plus que jamais: rester vigilant