Avril 2018

QUATRE ANS PLUS TARD

     De 7 500 à 15 000 habitants (page 4 du tract électoral 2014 de « vivre Juvignac autrement » voilà maintenant 4 ans que la nouvelle municipalité est aux commandes de notre ville.

   Cet article a pour but de dresser ici un rapide bilan de son action en matière d'urbanisme.

Rappelons le point de départ (2014) :

     Citons deux lignes du programme distribué à l'époque sous la forme d'un dépliant en papier glacé sur lequel  l'équipe de « Vivre Juvignac autrement » apparaissait souriante et conquérante, pouces levés:

- Stopper toute construction de masse

- Imposer aux promoteurs la réfection des voiries endommagées

     L'urbanisation excessive y était dénoncée (ciblant notamment le nouveau quartier des Constellations, où 800 à 1000 logements étaient prévus). Les critiques concernaient les élus sortants bien sûr, mais aussi les promoteurs censés mener la danse. La nouvelle équipe mise en place en 2014 n'eut de cesse alors de décrier la précédente municipalité.

Des déclarations du type : « nous avons stoppé les dossiers en cours », « nous n'accorderons pas les permis de construire » se succédèrent en 2014, et encore en 2015. Puis vinrent les nouveaux projets, qui concernèrent 200 puis 500 puis 1000 logements.

A ce jour, on en est, paraît-il,  à 1200 ou 1300 nouveaux logements projetés pendant la mandature 2014-2020.     

Bravo pour la tenue des promesses électorales et le respect des électeurs !

Pourquoi une telle frénésie immobilière ?

     L'avenue des Hauts de Fontcaude est bien en réfection, mais il est permis de douter que ce soit les promoteurs qui la financent. 

Un récent article de Midi Libre rapporte le propos suivant de l'adjoint délégué à l'Enfance et à la Jeunesse : « Les programmes engagés par l'ancienne municipalité se poursuivent ».

     Il  faudrait savoir : où ils ont été stoppés, ou ils se poursuivent !

     Comment peut-on faire croire que la démolition du centre culturel (salle Frédéric Bazille) et la construction sur cet emplacement de 80 logements sociaux est une poursuite des programmes précédents ?

     Comment peut-on faire croire que la vente du square du 18 juin (à mi-hauteur de l'avenue de Fontcaude) à un promoteur et sa division en 2 lots pour construction est une suite de programme de la majorité précédente. 

     La mauvaise foi, les mensonges et les entourloupes n'échappent à personne, malgré les astuces de la communication sur papier glacé.

     Ébauchons quelques hypothèses :

  • Faire monter Juvignac sur le podium des communes ayant le plus grand accroissement de la population (en pourcentage), et en tirer gloire?

  • Prendre le leadership des communes de l’ouest montpelliérain, en prévision d'un grand éco technopôle?

  • Chercher une réélection plus facile en modifiant la composition sociologique de la population?

  • Bénéficier de l'augmentation de l'indemnité de fonction des élus au seuil des 10 000 habitants (environ 400 € mensuels supplémentaires pour le maire, et 200€ pour les adjoints?

  • Être rattrapé par la loi SRU (solidarité, rénovation urbaine) en matière de logements sociaux ?

 

     Il y a peut-être un peu de tout cela dans la justification des projets en cours.

Il est certes vrai que la loi SRU est un casse tête pour toutes les communes de plus de 3500 habitants, en les obligeant à disposer avant 2025 d'au moins 25% de logements sociaux, sous peine de fortes pénalités (et même de dépossession de la décision en matière de permis de construire). Et, d'après un des derniers journaux municipaux, Juvignac se situerait  à 14%  en 2017 (merci à l'ancienne municipalité d'avoir doublé le taux de 6 à 13%). 

     Mais  avoir bâti son programme électoral en ignorant cette loi contraignante (« pas de construction de masse »), en critiquant avec acrimonie son prédécesseur à ce sujet, c'est de l'outrecuidance! Continuer à dire en 2017, toujours dans le bulletin municipal : « Nous considérons qu'à 14% nous avons accompli un effort suffisant et avons décidé de faire une pause » alors que la pression des pouvoirs publics obligerait à continuer l'urbanisation, c'est de la tromperie pure et simple !

La fuite en avant et ses conséquences

      Résumons nous :

La machine infernale appelée SRU conduirait à bétonner davantage, à densifier. Non seulement on continuerait à bétonner, mais on le ferait à un rythme accru, et surtout en logements sociaux. Tout cela sans le dire vraiment, en « roulant la population dans la farine ». 

   Cerise sur le gâteau.

La population augmentant, il faudrait construire une école supplémentaire

(une bonne dizaine de millions d'euros),

et construire d’autres bâtiments dits structurants ! 

     On nous raconterait encore que pour le bien de tous il faudrait augmenter à nouveau les impôts de 25% mais ce sont toujours les mêmes qui les paient. Bis repetita. Avec tous les effets secondaires qu'il est inutile de décrire ici mais que chacun imaginera facilement.

On nous conditionne d'ailleurs déjà en nous racontant des fariboles :

     Il y a cette année, d'après les bulletins municipaux, 267 élèves à l'école de Fontcaude, 449 à l'école des Garrigues, 365 à l'école Mandela, soit en tout 1081 élèves.

Ce que l'on ne nous dit pas, c'est que dans cet effectif, une centaine d'élèves ne sont pas juvignacois (mixité sociale oblige?). 

     On nous dit aussi que le nombre de naissances à Juvignac est de 160 à 250  par an (belle fourchette)! Or en lisant la liste des naissances on n'en décompte que 70 en 2017! D'où viennent les autres? 

     C'est ainsi qu'on affirme que la capacité d'accueil estimée actuellement à 1382 élèves va être insuffisante dès l'année prochaine. Avec de tels raisonnements et de telles approximations, il n'y a plus qu'à mettre la clé sous la porte !!!

     C'est même plus qu'une fuite en avant. Ce serait la fin de Juvignac la verte que nous connaitrions !!!

     

     Mesdames et messieurs de la majorité, si nous devons remplacer le conditionnel de ce texte  par le futur, ayez le courage de le dire vraiment. 

 

                                                                                                       Juvinius